Article

Qu'est-ce qu'un créancier ?

Gestion - Finances
Qu'est-ce qu'un créancier ?

Un créancier peut être défini comme une personne (physique ou morale) à laquelle un débiteur doit de l’argent. Si vous avez prêté de l’argent à une connaissance, vous devenez de facto son créancier.

Le terme de créance ne vous évoque pas grand chose ? Il s’agit simplement d’une somme d’argent (une dette) que le débiteur est tenu de payer à un créancier.

Il arrive parfois qu’un débiteur soit amené à rembourser différents créanciers. Dans ce cas, ces derniers peuvent être classés dans un ordre bien précis afin de déterminer qui sera payé en premier, notamment dans les cas où les fonds sont insuffisants pour payer l’ensemble des créanciers.

Pour cela, on distingue deux types de créanciers :

  • Les créanciers chirographaires, qui sont des créanciers standards ne disposant d’aucune garantie leur permettant d’être payé avant les autres (hypothèque, nantissement …). Ils recevront leur paiement en dernier, si c’est toujours possible, une fois que les créanciers super-privilégiés et privilégiés auront récupéré leurs parts.

  • Venons en justement aux créanciers privilégiés, qui eux disposent de garanties leur assurant une priorité de paiement sur les autres créanciers.
    Un créancier peut être considéré comme étant privilégié si :

    • Son débiteur lui a octroyé une garantie ou qu’il l’a obtenu en justice.

    • Son poste ou sa condition le lui permet : représentant du Trésor public, URSAFF...

Notez d’ailleurs que pour une entreprise, ses salariés sont considérés comme étant des créanciers super-privilégiés. Par exemple au niveau des éventuels salaires impayés : en cas de redressement ou de liquidation judiciaire ils sont donc propulsés tout en haut de la file d’attente afin d’être réglés en premier.

Dans l’éventualité où le débiteur refuse ou qu’il n’est plus en mesure de payer, le créancier peut décider d’entamer une procédure de recouvrement afin d’obtenir son argent.
Pour cela, il peut faire appel à une agence de recouvrement où s’en charger par lui-même. Il entame dans un premier temps une procédure à l’amiable (lettre de relance, mise en demeure), qui doit lui permettre de régler son différend avec le débiteur ciblé. Si cette première étape reste vaine, alors la seconde phase peut être lancée : c’est la procédure de recouvrement judiciaire. Cette dernière se traduit par l’apparition de l’injonction de payer, et peut même se finir au tribunal, avec une saisie des biens du débiteur dans les cas extrêmes.
Fort heureusement, dans la plupart des cas, le dialogue et les négociations permettent aux deux parties de finir par s’entendre sans en arriver aux procédures judiciaires.

Articles similaires