Article

Plan de trésorerie : définition, principe et modèle excel à télécharger

Gestion de trésorerie
Plan de trésorerie : définition, principe et modèle excel à télécharger

La gestion de la trésorerie d’une entreprise est essentielle pour assurer son bon fonctionnement et on ne compte plus le nombre de sociétés obligées de déposer le bilan suite à un mauvais pilotage de ce volet. La trésorerie d’une entreprise désigne l’ensemble de l’argent dont dispose une entreprise dans sa caisse et ses différents comptes en banque : une gestion adéquate de cet élément représente un facteur de succès important pour toute entreprise. Pour manier correctement cet aspect, il est donc nécessaire d’établir un plan de trésorerie. Mais qu’est-ce que c’est d’abord, un plan de trésorerie ? A quoi sert-il ? Comment l’établir ? Quel outil de trésorerie utiliser ? Ce guide est là pour vous aider à comprendre son utilité et en tirer des conclusions concrètes qui vous aideront à gérer au mieux votre entreprise.

Qu’est-ce qu’un plan de trésorerie ?

Le plan de trésorerie est un document financier prévisionnel qui liste toutes les entrées et sorties de trésorerie prévues par une entreprise. Il est généralement établi sur 12 mois et présente donc l’intégralité des flux d’argent qu’une société va opérer au cours de son activité. Cette liste se doit d’être exhaustive et comporter toutes les opérations, sans exception : le moindre oubli va en effet fausser le solde à la fin du mois et donner une image erronée de la santé financière de l’entreprise.

Ce tableau doit ensuite être alimenté jour après jour par l’entreprise pour fournir la représentation la plus fidèle possible de sa trésorerie. Pour ce faire, il est important de reporter toute entrée ou sortie de fonds engagée au mois où elle est prévue : un achat réalisé en septembre et payable en octobre devra être reporté dans la colonne des décaissements du mois d’octobre.

Quels sont les intérêts et les enjeux du plan de trésorerie ?

Le plan de trésorerie est une des pierres angulaires de la gestion des finances de votre entreprise. En tant qu’outil prévisionnel, il vous permettra en effet de consulter à tout moment le solde de votre trésorerie à un mois donné ainsi que le solde cumulé d’un mois sur l’autre, ce qui vous permettra d’identifier des tendances d’augmentations et de diminutions au cours de votre activité.

Un des intérêts d’un tableau de trésorerie est de permettre à tout gérant de visualiser à l’avance si l’entreprise sera en mesure de faire face à un décaissement programmé à une date donnée. Il permet de savoir si les rentrées d’argent générées par l’activité de l’entreprise et son modèle économique en général seront suffisantes pour financer son développement, ses investissements ainsi que tout imprévu éventuel. Il apporte également des informations cruciales aux entreprises dont l’activité est saisonnière en s’assurant que les encaissements comptabilisés en période pleine seront suffisants pour répondre aux décaissements opérés pendant la période creuse tels que les salaires ou les comptes fournisseurs.

Comment concevoir un plan de trésorerie ?

Un plan de trésorerie prend la forme d’un tableau en deux parties qui liste mois par mois les encaissements d’un côté, les décaissements de l’autre. Pour faire simple, un encaissement désigne une rentrée d’argent dans les caisses de votre entreprise, à la suite d’une vente, par exemple ; un décaissement désigne une sortie d’argent : pour payer un fournisseur, un loyer, un abonnement …

Quelles sont vos rentrées d’argent ?

Définissez vos postes d’encaissements

Identifiez clairement tous les types d’encaissements que votre entreprise peut rencontrer au cours de son activité et classez-les dans votre plan de trésorerie.

Voici un exemple d’encaissements à inclure :

  • Ventes et facturations clients. N’hésitez pas à classifier vos ventes de la manière qui vous paraît la plus judicieuse : par type de facturation, moyen de paiement, type de clients …
  • Apports en capital : renseigne le capital de départ mais aussi les augmentations de capital.
  • Apports en compte courant d’associés : désigne les avances de liquidités apportées par les associés.
  • Aides et subventions diverses : primes d’emplois, concours, remboursements URSSAF …
  • Emprunts bancaires
  • Autres financements : levées de fonds, love money, affacturages …
  • Remboursement de TVA : dans le cas où votre TVA déductible est supérieure à celle que vous collectez, vous pouvez être éligible à un remboursement de TVA

Anticipez et évaluez-les de manière pertinente

En premier lieu, faites bien la distinction entre vos encaissements réguliers et ceux qui sont ponctuels.

Commencez par évaluer vos entrées d’argent récurrentes. Dans ce cas, les projections sont assez simples : ils vous suffit de reporter les encaissements attendus dans votre tableau de trésorerie.

Ensuite, vous allez devoir établir des hypothèses pour estimer vos encaissements “irréguliers”. Par exemple, si votre entreprise fonctionne de manière saisonnière, sachez prévoir les augmentations d’activité entre les périodes creuses et les périodes pleines. Autre exemple, une structure travaillant par contrats se repose avant tout sur la performance de ses commerciaux et leur capacité à convaincre vos clients : il faudra donc se baser sur la quantité moyenne de contrats qu’ils parviennent à conclure par mois afin d’estimer les ventes à insérer dans votre plan de trésorerie.

N’hésitez pas à établir vos prévisions en vous reposant sur le nombre et le montant des ventes effectuées lors des années précédentes qui vous permettront d’esquisser des tendances sur lesquelles vous pourrez vous baser pour les mois à venir.

Les délais de paiement clients doivent être observés avec attention : comme mentionné précédemment, pensez à comptabiliser vos encaissements à la date d’échéance (i.e. la date à laquelle vous attendez le règlement) et non à la date de facturation !  Un tel oubli revient à inscrire des données erronées dans votre budget de trésorerie et va donc en fausser la vision que vous en avez.

Quelles sont vos sorties d’argent ?

Définissez vos postes de décaissements

Procédez maintenant de la même manière avec vos décaissements et listez toutes les possibilités de sorties d’argent que vous pouvez rencontrer dans votre entreprise. En tant que gérant, vous aurez sûrement remarqué qu’il en existe beaucoup !

  • Achats de matières premières / fournisseurs
  • Frais bancaires : remboursements d’emprunts, intérêts …
  • Frais généraux : loyer, énergie, entretien, assurances …
  • Frais financiers : intérêts liés aux emprunts
  • Investissements à opérer : achat de matériel, véhicules, immobilier …
  • Honoraires divers : notaires, comptables, avocats …
  • Impôts et taxes
  • Salaires : vous pouvez les classer par type de contrat, par exemple
  • Cotisations sociales
  • Règlement de TVA
  • Réductions éventuelles de capital

N’hésitez pas à vous appuyer sur le modèle à télécharger pour identifier des postes de charges que vous auriez oublié.

Envisagez vos dépenses au plus juste

Comment créer un plan de trésorerie ?

Adoptez un comportement similaire concernant vos décaissements. Une grande partie des charges d’une entreprise sont fixes, c’est-à-dire que leur montant ne va pas varier d’un mois sur l’autre : abonnements, loyers, frais financiers, honoraires … Ce sont là des dépenses que vous pouvez anticiper longtemps à l’avance et insérer dans votre prévisionnel de trésorerie sur toute l’année ; cela constitue pour vous une part d’imprévus en moins.

Évaluez ensuite vos charges variables au plus juste. Par exemple, un pic d’activité ponctuel s’accompagne souvent d’une augmentation drastique de vos dépenses : un restaurant situé dans une zone très touristique peut raisonnablement estimer une augmentation de sa fréquentation pendant la période estivale. Mais un accroissement de la clientèle et du nombre de repas servis va probablement nécessiter l’embauche de personnel en intérim pour répondre à la demande. Vos dépenses vont donc augmenter du fait d’une masse salariale plus importante !

N’oubliez jamais qu’un chiffre d’affaires en augmentation n’est pas obligatoirement synonyme de trésorerie positive. Basez-vous sur vos exercices comptables précédents et regardez précisément les décaissements auxquels vous avez dû faire face pour vous fixer un seuil à atteindre ou au contraire à ne pas dépasser.

Comment alimenter votre plan de trésorerie ?

En tant qu’outil de gestion de votre trésorerie, il est crucial de mettre à jour et d’alimenter votre plan de trésorerie à fréquence régulière. Voici quelques conseils qui vous aideront à le tenir à jour et éviter les mauvaises surprises.

  • N’oubliez pas la TVA ! Reportez vos achats et vos ventes en TTC sur votre plan de trésorerie : la TVA collectée ou déduite est à renseigner dans une catégorie distincte de votre plan de trésorerie.
  • Mettez à jour vos budgets en fonction du réel. Si vous voyez au milieu d’un mois donné que vos objectifs de ventes ne seront pas atteints, ajustez vos hypothèses pour anticiper d’éventuelles difficultés de trésorerie.
  • Ne sous-estimez pas vos dépenses et prenez des hypothèses conservatrices.

Que faire en cas de prévisions de trésorerie négatives ?

Au fur et à mesure que vous renseignez votre plan de trésorerie, vous allez voir apparaître les soldes de votre trésorerie, mois par mois, qui se calculent ainsi :

trésorerie en fin de mois = trésorerie en début de mois + encaissements du mois – décaissements du mois

Si votre plan de trésorerie fait apparaître un solde de trésorerie négatif dans les semaines ou les mois à venir, pas de panique ! Plusieurs situations peuvent se présenter : 

  • Un trou de trésorerie ponctuel dans votre tableau peut simplement être signe d’un décalage de trésorerie : penchez-vous plus en détail sur vos délais de paiement afin de trouver quel poste d’achats ou de ventes en est la cause. Une optimisation des délais de paiement clients ou fournisseur peut suffire à régler ces difficultés passagères.
  • Un trou de trésorerie stable mais qui persiste sur la durée signifie probablement que votre entreprise ne dispose pas de suffisamment de ressources pour couvrir vos besoins de trésorerie. Une augmentation de la trésorerie disponible devra probablement être envisagée : prêt bancaire, apport en capital, autre financement, etc.
  • Une trésorerie qui se dégrade sur la durée est potentiellement plus alarmante . Cela peut correspondre à un souci de rentabilité, qui doit faire l’objet d’un audit détaillé de vos charges, et de la marge générée par vos différentes ventes.

Plan de trésorerie Excel : modèle gratuit à télécharger

Afin de vous aider à mieux gérer les finances de votre entreprise, nous mettons à votre disposition un modèle de plan de trésorerie Excel pré-rempli et gratuit ! Il inclut un exemple de classification d’encaissements et de décaissements et calcule automatiquement les soldes de votre trésorerie, mois par mois : remplacez les intitulés des lignes en les adaptant à votre entreprise et renseignez les montants correspondants.

Télécharger modèle Excel de plan de trésorerie

Il existe également des solutions informatiques performantes telles qu’Agicap qui vous permettent de gérer votre trésorerie de manière automatique et de traduire les flux financiers de votre entreprise en courbes et graphiques facilement communicables auprès de votre banquier.

Conclusion

La gestion de la trésorerie est un instrument essentiel dans la gouvernance de votre entreprise. Si beaucoup de gérants mettent en place un plan de trésorerie prévisionnel au début de leur activité, la plupart l’abandonnent au bout d’un certain temps et en pâtissent grandement par la suite.

La bonne tenue de ce document vous permettra de garder un œil sur la situation financière de votre structure en temps réel et vous donnera surtout la possibilité d’anticiper les éventuelles impasses à venir et ainsi apaiser les inquiétudes de votre personnel, de vos associés et de votre banquier !

Articles similaires