Le Tableau De Flux De Trésorerie, Outil De Référence De La Gestion De Trésorerie

Tableau de flux de trésorerie : ce qu’il faut savoir

Pour y voir plus clair au milieu des factures en cours et à venir, le tableau de flux de trésorerie est un outil de choix pour un dirigeant d’entreprise. Délais de paiement, fournisseurs à régler, impayés clients … Si vous avez l’impression de manquer de visibilité et de naviguer à vue dans votre gestion de trésorerie, ce tableau permet à tout moment de consulter votre situation passée, présente et même à venir ! Cet article est là pour vous aider à construire votre tableau de flux de trésorerie et à en tirer toutes les informations dont vous avez besoin pour gérer au mieux vos mouvements de liquidités.

Tableau de flux de trésorerie : définition

Le tableau de flux de trésorerie est un document financier qui hiérarchise tous les mouvements d’argent réalisés et à venir. L’objectif de ce tableau est à la fois de visualiser vos flux de trésorerie passés mais également d’établir des prévisions de trésorerie qui peuvent ensuite être ajustées au fil de l’eau.

Comment faire un tableau de flux de trésorerie ?

Le tableau de flux de trésorerie prend la forme … et bien d’un tableau qui synthétise les encaissements et décaissements de votre entreprise, catégorie par catégorie. Nous vous proposons ici un guide étape par étape pour vous aider à le rédiger de façon optimale.

1ère étape : identifier les catégories d’encaissements et de décaissements

Pour être efficace, votre tableau doit lister de manière ordonnée tous les types d’entrées et de sorties d’argent que votre entreprise peut rencontrer au cours de son activité, comme montré dans l’exemple ci-dessous.

Catégorisez vos encaissements et vos décaissements de façon rigoureuse

Les encaissements

Dressez cette liste en identifiant de manière rigoureuse vos entrées de liquidités passées et à venir ! N’hésitez pas à ajouter autant de sous-catégories que nécessaire afin d’être le plus précis possible. Pour vous épauler dans votre démarche, nous vous proposons une liste (non exhaustive) des encaissements habituels qu’une entreprise peut réaliser :

  • Facturations clients : vous pouvez les classer selon les délais de paiement (comptant, 30 jours, 45 jours …)
  • Crédits bancaires
  • Aides et subventions
  • Apports de capital
  • Crédit de TVA éventuel
  • etc.

Les décaissements

Procédez de la même manière que pour les encaissement et élaborez une liste de toutes les dépenses qui peuvent être effectuées par votre entreprise. Encore une fois, vous pouvez retrouver ci-dessous plusieurs types de décaissements différents à titre indicatif :

  • Achats de matières premières et dettes fournisseurs
  • Salaires et cotisations sociales
  • Paiement d’intérêts bancaires liés à des découverts, des emprunts …
  • Loyers
  • Eau, électricité, gaz …
  • Abonnements : internet, logiciels divers …
  • Impôts et taxes
  • etc.

 

2ème étape : inscrire les flux déjà réalisés

Maintenant que vos postes d’encaissements et de décaissements ont été définis avec soin, il va vous falloir “remonter le temps” et inscrire les montants qui y correspondent. Appuyez-vous sur vos relevés bancaires et retracez vos flux de trésorerie, mois par mois, puis cumulez-les pour obtenir vos flux de trésorerie mensuels. Si vous décidez de construire votre tableau de flux au cours du mois de mai, le résultat sera semblable au tableau ci-dessus.

Inscrivez les montants des flux de trésorerie déjà réalisés

Faites attention à bien prendre en compte les délais de paiement : le montant d’une facture doit être renseigné dans le mois où elle a été encaissée et non le mois où elle a été établie !

3ème étape : estimer les flux à venir

L’un des enjeux principaux du tableau de flux de trésorerie se trouve dans sa partie prévisionnelle. Explications : puisque vous avez scrupuleusement listé les mouvements de liquidités de votre entreprise dans la partie “passée” de votre tableau, vous allez pouvoir établir des prévisions d’encaissements et de décaissements pour les mois qui viennent à la manière d’un plan de trésorerie prévisionnel. Commencez par inscrire toutes vos entrées et sorties d’argent récurrentes, notamment vos charges fixes : ces montants ne varient pas d’un mois sur l’autre et peuvent donc être prévus avec exactitude.

Estimez ensuite vos flux variables.Vous pouvez par exemple vous baser sur les ventes que vous avez réalisé au cours des années précédentes à la même période pour estimer celles à venir. 

Établissez des prévisions de vos encaissements et décaissements à venir

 

Puisqu’ils sont prévisionnels, vous pouvez (et devez) ajuster ces montants tout au long de l’année afin de mieux refléter la réalité. Pensez à tenir compte de tous les éléments qui peuvent modifier ces prévisions : activité saisonnière, délais de paiement, variation des stocks … Le but n’est pas de prédire vos mouvements au centime près mais plutôt d’obtenir une vision globale qui vous aidera à prendre des décisions par la suite. Ces prévisions vous donneront en effet une idée claire d’où en sera votre trésorerie dans un, deux ou six mois, pour vous permettre d’anticiper le cas échéant.

Notez également qu’il existe des solutions en ligne comme Agicap qui permettent de gérer les prévisions de trésorerie de manière fluide et automatique !

Quelques conseils à suivre

Le tableau de flux de trésorerie est un instrument essentiel pour tout dirigeant d’entreprise qui souhaite avoir une bonne visibilité sur sa trésorerie. Pour que votre tableau remplisse ses fonctions de manière optimale, les éléments suivants doivent être pris en compte avec attention :

  • Mettez-le à jour régulièrement : il est nécessaire que la partie prévisionnelle de votre tableau de flux de trésorerie soit mise à jour en fonction des flux réellement constatés. Prenez donc soin d’ajuster vos prévisions afin de ne pas vous retrouver dans une situation difficile, causée par des pronostics trop en décalage avec la réalité.
  • Faîtes preuve de prudence : établissez vos hypothèses avec précaution. Avoir les yeux plus gros que le ventre et fixer des objectifs de vente impossibles à atteindre peut vous porter préjudice et fausser vos prévisions, qui ne colleront probablement pas avec la situation réelle.
  • Soyez rigoureux : remplir votre tableau de flux de trésorerie nécessite rigueur et patience afin de pouvoir en tirer les informations dont vous avez besoin pour la gestion de votre entreprise. Accordez-vous donc une plage horaire dans votre emploi du temps pour effectuer ce travail et reporter dans le tableau tous les mouvements de liquidités effectués par votre entreprise.
  • Prenez en compte la saisonnalité : saisons creuses, saisons pleines … Une entreprise dont le volume d’activité fluctue selon la période de l’année ne rencontre pas des flux de trésorerie homogènes en cours d’année : une baisse significative de vos ventes sur une période données ne sont pas forcément synonymes d’une baisse concomitante de vos dépenses. 
  • N’oubliez pas les délais de paiement : accorder des facilités de règlement à ses clients peut être un excellent moyen d’établir avec eux une relation de confiance et de récompenser leur fidélité ; cependant, attention de ne pas en négliger leur impact sur votre trésorerie ! Si vous engendrez par exemple une grande quantité de ventes au mois de juin mais que vous recevez les paiements 45 jours plus tard, il ne faudra pas compter sur ces encaissements pour payer vos charges du mois de juin.

Quels sont les intérêts du tableau de flux de trésorerie ?

D’une certaine manière, le tableau de flux de trésorerie représente une cartographie des mouvements de trésorerie d’une entreprise, passés et futurs : en tant que dirigeant, cela vous permet de voir ce qui rentre et ce qui sort de vos caisses aujourd’hui, il y a un mois, dans un mois. Voici plusieurs bénéfices que vous pouvez tirer de votre tableau.

Anticiper les difficultés potentielles

La vision à long terme que vous offre le tableau des flux est un moyen d’anticiper l’avenir : si vos estimations sont établies judicieusement, vous allez pouvoir prévoir de potentielles difficultés de trésorerie avant même qu’elles n’apparaissent. Cela vous permettra de mettre en place des actions correctrices sereinement, sans être au pied du mur.

Comment ? C’est très simple : les mouvements de liquidités que vous avez inscrit dans votre tableau, une fois cumulés, vous donnent votre solde de la trésorerie mois par mois. Si un de ces soldes s’avère être négatif, cela veut dire que votre trésorerie n’est pas suffisamment garnie pour faire face aux dépenses de votre entreprise !

Une telle situation peut par exemple être évitée en décalant un investissement, ou en sollicitant un financement de trésorerie en amont. D’ailleurs, nul besoin d’attendre de voir apparaître un montant négatif : si le solde d’un mois à venir vous semble trop bas, il est tout à fait possible de renforcer votre trésorerie (grâce à un crédit à court terme ou une autorisation de découvert, par exemple) pour vous prémunir en cas d’imprévus.

Envisager votre développement avec sérénité

Si vous avez des projets d’investissements particuliers en tête , vous allez pouvoir vous référer à votre tableau et juger de leur faisabilité. Nouveaux produits, achat de matériel ou embauche de personnel supplémentaire : stimuler le développement et la croissance de votre entreprise nécessite d’effectuer des investissements parfois conséquents. Grâce à la partie prévisionnelle de votre tableau, vous allez pouvoir vérifier en amont si vos comptes seront suffisamment garnis pour faire face à ces dépenses.

Informer sur la santé financière de votre entreprise

Les informations que l’on peut trouver dans le tableau de flux de trésorerie permettent également de renseigner sur la situation financière de votre entreprise. Ces données ne sont pas exclusivement destinées au chef d’entreprise et peuvent également intéresser :

  • Vos associés : si votre entreprise comporte d’autres associés, le tableau de flux va leur permettre de se tenir régulièrement informé sur l’état de la trésorerie.
  • Votre banquier : tenir un tableau de flux de trésorerie de façon rigoureuse, c’est avant tout faire preuve de prévoyance. C’est une qualité dont les banques raffolent ! Si vous vous retrouvez un jour dans une situation qui nécessite un financement de trésorerie, le tableau de flux constitue un argument de choix dans vos négociations. En effet, vous allez être capable de démontrer à votre banquier que votre besoin de trésorerie est passager et que votre entreprise saura rembourser un éventuel emprunt dans les délais ou payer les intérêts liés à une autorisation de découvert sans soucis.

Analyser les flux passés pour améliorer votre performance

Analyser votre tableau de flux de trésorerie permet d'améliorer la performance de votre entreprise

Si la partie prévisionnelle de votre tableau de flux de trésorerie vous renseigne sur la marche à suivre pour l’avenir de votre entreprise, la partie qui correspond aux flux passés est tout aussi importante !

Faire un bilan des encaissements et décaissements réalisés jusqu’ici va vous donner une vision d’ensemble de la performances de votre entreprise et vous fournir des données simples que vous pourrez facilement exploiter : comment ont évolué mes dépenses ? Mes recettes ? Mon activité est-elle saisonnière ? Etc. Vous pencher sur ces informations va vous permettre de tirer des leçons du passé pour optimiser la performance de votre entreprise à l’avenir !

Diminuez vos charges

En les mettant à plat, vous serez en mesure d’identifier les charges qui pèsent trop sur votre rentabilité , pour ensuite les diminuer.

  • Renégocier vos contrats fournisseurs : vous arrive-t-il de récompenser un client pour sa fidélité ? Cette même démarche est applicable à votre entreprise ! Contactez vos fournisseurs et essayez de négocier des remises lors de vos prochaines commandes et des délais de paiement plus avantageux.
  • Faire la chasse aux gaspillages en tous genres : résiliez vos abonnements inutiles, éteignez les lumières en sortant d’une pièce, fermez les robinets et vérifiez qu’ils ne fuient pas, utilisez la visioconférence au lieu de vous déplacer en voiture … Tout cela va vous aider à diminuer vos dépenses, et la planète vous en remerciera !
  • Gérer le stock de manière optimale : emmagasiner trop de matières premières ou de produits finis dans votre stock peut très vite alourdir vos charges. Cherchez donc à estimer un niveau de stock idéal pour votre entreprise, assez bas pour ne pas faire grimper vos frais de stockage, et assez haut pour ne pas vous retrouver dans une situation de rupture.

Mises bout à bout, ces décisions peuvent faire économiser des sommes importantes à votre entreprise !

Faites la chasse aux mauvais payeurs

En comparant les dates de facturation et les dates de paiement réels, vous allez pouvoir discerner les clients “mauvais payeurs” qui mettent trop de temps à régler leurs achats et qui abusent des délais accordés. A vous maintenant de décider si vous voulez désormais réduire leurs délais ou les faire payer comptant, tout en faisant preuve de tact et de diplomatie afin de ne pas les faire fuir.

Ce qu’il faut retenir

Le tableau de flux de trésorerie est une synthèse de tous les mouvements de trésorerie passés, présents et futurs de votre entreprise. Sa partie “passée” sert à retracer le chemin parcouru jusqu’ici et à en tirer des conclusions ; sa partie “future” permet d’établir des prévisions et des objectifs que vous pouvez ensuite ajuster au fil de l’eau en fonction du réel. Maintenir son tableau de flux demande simplement de la rigueur et un peu de temps, bien peu de choses comparé aux bénéfices que vous pouvez en tirer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *